agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

IUT Lumière Portails : www - étudiants - personnels IUT Lumière

Parcours "différent" : à la rencontre de Marvin !

 

Etudiant en première année à l'IUT Lumière, Marvin prépare un DUT GLT. Rencontre avec un des étudiants au parcours "différent" qui font la force de l'établissement !

camion.png

camion.png

Racontez-nous un peu votre parcours.

J’ai fait un BAC S, j’avais des facilités en mathématiques et dans les autres matières scientifiques. La première et la terminale se passent mal, je n’ai une moyenne que de 8,5 ou 9. Je ne pensais pas avoir le Bac : dès la terminale j’ai donc cherché à me réorienter.
Je me suis renseigné sur les CAP et le monde du transport m’intéressait beaucoup. J’ai donc postulé pour un CAP conducteur routier de marchandises, qui en un an forme au métier de routier.
Finalement, j’ai eu mon BAC mais j’ai quand même décidé de faire le CAP. Grâce à cette formation, j’ai beaucoup appris : en un an, j’ai appris un métier. J’ai vraiment découvert le monde de l’entreprise et comment il fonctionne.
J’en avais un peu marre d’être assis sur une chaise et d’écouter des cours, j’avais à cœur de découvrir le monde du travail.
Après ce CAP, j’ai voulu continuer avec le DUT Gestion Logistique et Transport.

Pourquoi ce DUT après ce CAP ? Qu’est-ce qu’il vous apporte ?

Le métier de routier est un joli métier et avec un DUT, il est plus simple d’évoluer et j’avais les compétences requises.
Le DUT m’apporte de la théorie mais je l’appréhende beaucoup mieux que quand j’étais en bac S.
J’arrive à avoir des références par rapport à ce qu’on voit en théorie en DUT et je peux me dire « ah je l’ai vu l’année dernière en entreprise ».

Finalement c’est plutôt une force qu’une faiblesse d’avoir fait une autre formation avant ?

Exactement, je n’ai pas perdu mon temps, je n’ai pas l’impression de m’être égaré et je connais plein de monde qui a fait d’autres formations avant de trouver sa voie.
En plus dans mon cas, il y a une cohérence entre le CAP et le DUT.

Vous revenez de votre stage, comment s’est-il passé ?

Le stage s’est bien passé. C’est un stage universitaire, on nous considère vraiment comme des étudiants à part entière, on voit les choses avec plus de recul. En CAP c’était beaucoup plus pratique, on ne m’apprenait pas de la théorie.
Là il y avait une vision globale et j’ai vraiment appris les bases du métier d’exploitant. Je vais rester dans l’entreprise de mon stage pour l’alternance de deuxième année de DUT.

Est-ce que vous avez abordé ce stage de manière plus sereine ?

Oui, il faut toujours se faire la main quelque part, au début c’est difficile et avoir de l’expérience aide beaucoup.
On reconnaît aussi des personnes du secteur que l’on a connu avant. Le monde du transport est petit, on me connaissait déjà avant que j’arrive en stage.

Est-ce que vous avez des conseils à donner aux étudiants qui voudraient se réorienter ou qui auraient pu avoir un parcours différent, atypique comme le vôtre ?

Le problème en Terminale maintenant c’est qu’on nous demande de choisir notre métier, on nous dit «  quel métier veux-tu faire plus tard ? » et on devrait plutôt nous poser la question «  quel secteur d’activité te plait? Quel domaine veux-tu découvrir ? ». Et à partir de là, on regarde les formations qui mènent à ce domaine.

Moi c’était le secteur du transport routier qui me plaisait.  Il ne faut pas se fixer à un métier mais plutôt regarder les domaines qui nous plaisent.
Maintenant, pour nous, étudiants il est plus facile de se réorienter. Si on est un bon élève, qu’on a un bon dossier et qu’on est vraiment motivé, cela fonctionne.
La volonté joue beaucoup et les enseignants le verront. 

Merci à Marvin pour son témoignage !

mise à jour le 20 juin 2017


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Lumière Lyon 2